CADRE OFFERT ! Jusqu'au 31 mai seulement ! Profitez-en
Rechercher
Favoris
Panier
VANESSA MANG
GALERISTE DE VIENNE

 
Vanessa Mang a toujours aimé dessiner, mais sa véritable passion pour l'art est venue avec ses études. Après avoir obtenu une licence en histoire de l'art, elle gère aujourd'hui la galerie de Vienne, prend soin de son équipe et aide les artistes à développer constamment leur style et leur technique afin d'obtenir le meilleur pour ses clients.

L'art semi-abstrait l'a touche particulièrement, car selon elle, il donne un contexte mais le reste est ouvert à notre propre imagination, il nous pousse à utiliser notre propre fantaisie et nous permet d'être créatif...

 
Découvrir son interview

 


ART ET HUMANITÉ
Découvrir


 

SÉLECTIONS DES AUTRES CURATEURS
Découvrir


LE GUIDE DU COLLECTIONNEUR
Découvrir


INTERVIEW

Depuis combien de temps travailles-tu chez Carré d'artistes ? En quoi consiste ton travail ? 
J'ai commencé à faire partie de cette aventure en décembre 2020, lorsque la galerie de Vienne a ouvert ses portes. Mon travail implique plusieurs aspects différents : prendre soin de mon équipe, des artistes et bien sûr de nos clients. Je pense qu'être galeriste signifie aider les artistes à développer constamment leur style et leur technique, et ainsi obtenir le meilleur pour nos clients. Je dis toujours que notre première priorité est le service à la clientèle, car je veux que chaque client quitte la galerie avec le sourire et, dans le meilleur des cas, avec une œuvre d'art.

Qu’est-ce que tu préfères dans ton travail ? D’où te vient cette passion pour l’art ?
Ce que je préfère dans mon travail, c'est le contact avec les clients. Je suis vendeur depuis que j'ai commencé à travailler à 16 ans, j'ai toujours aimé le contact avec les clients et je pense qu'il n'y a pas de meilleure récompense qu'un client heureux. J'aime aussi beaucoup me dépasser pour répondre à tous leurs besoins. 

J'ai toujours aimé dessiner à l'école, mais la véritable passion pour l'art est venue avec mes études. J'ai obtenu une licence en histoire de l'art et je suis en train de rédiger mon mémoire de maîtrise. Quand j'ai eu 18 ans et que j'ai dû décider ce que je voulais faire du reste de ma vie, j'ai regardé toutes les études possibles à l'université de Vienne et il y avait l'histoire de l'art et j'ai su que c'était ça, ce que je voulais faire de ma vie. 

Quels ont été tes premiers pas dans le monde de l’art contemporain ?
La plupart des étudiants en histoire de l'art ne s'intéressent pas à l'art contemporain, mais moi, je m'y suis toujours intéressée. Aussi loin que je me souvienne, j'ai eu ma première vraie rencontre avec l'art contemporain quand j'avais 14 ans au MUMOK (Musée d'art moderne). J'ai vu cette œuvre d'art et au début, je ne l'ai pas comprise, mais j'ai ensuite lu quelque chose et, depuis ce jourt, j'essaie d'être toujours ouverte à l'art. L'art contemporain, est quelque chose que vous ne comprenez parfois pas vraiment, mais au deuxième coup d'œil ou bien si quelqu'un vous l'explique, il vous ouvre un monde complètement nouveau.

Une anecdote à nous raconter ? Avec un.e. artiste  / un.e. client.e. / un.e. collaborateur.trice. ? Quelque chose que tu n’oublieras jamais ?
En étant tous les jours dans la galerie, vous rencontrez tant de clients et d'artistes différents, que vous avez beaucoup d'histoires drôles, réconfortantes, parfois déroutantes, que vous n'oublierez jamais. Je me souviendrai de toutes, mais je crois que le sentiment le plus important, que je garderai toujours dans mon cœur, c'est la joie que j'éprouve lorsque nous trouvons une œuvre d'art pour un client, dont il tombe instantanément amoureux.
 

 



Quel style te touche particulièrement, pourquoi ? Que provoque-t-il chez toi ?
Comme Jérémie Anguera, le galeriste toulousain, l'art semi-abstrait me touche particulièrement. J'aime le fait qu'il vous donne un contexte mais que le reste est ouvert à votre propre imagination. Il vous pousse à utiliser votre propre fantaisie et vous permet d'être créatif.

Un.e. artiste de chez Carré d’artistes dont tu aimes tout particulièrement le travail ?
C'est une question difficile. Je pense que chacun de nos artistes sont tellement différents et que chacune des œuvres ont leurs propres facettes précieuses et fascinantes, et cela dépend aussi de mon humeur. Si je suis d'humeur plus enjouée, je dirais Nai, si je veux m'échapper de la réalité, je dirais Ivica Petras, si j'ai besoin de nouvelles sensations dans ma vie quotidienne, je dirais Patricia Frida.

Si tu devais décrire Carré d’artistes en trois mots, lesquels choisirais-tu ? Pourquoi  ?
Unique, bien sûr. Ouvert. Connecté. J'adore le concept dans son ensemble, il est vraiment unique et absolument géniale. Avec Carré d'artistes, j'ai le sentiment que non seulement nos portes sont ouvertes, mais aussi nos cœurs et nos esprits. J'ai tellement d'artistes et de clients différents, et tout le monde est le bienvenu. Je pense que nous sommes un lien entre l'artiste et le client. Faire partie du réseau Carré d'artiste me donne aussi le sentiment d'être connecté à toutes les autres galeries du monde.

Plutôt petits formats ou grands formats ? Pour quelle raison ?
Les petits formats. J'aime briser les limites d'une grande œuvre d'art et créer, à partir de nombreux petits formats, une œuvre d'art en soi.

Pourquoi, selon toi, l’art est-il important ?
L'art est tellement essentiel dans notre société et notre histoire, il a toujours été là et il le sera toujours, c'est un moyen international et intemporel de nous exprimer. C'est une occasion d'échapper au monde et d'en trouver un nouveau. C'est la liberté, c'est l'impartialité politique, c'est le beau, le laid et bien plus encore. Et la chose que j'aime le plus dans l'art... c'est l'émotion, l'art fait surgir des souvenirs et des émotions et c'est pourquoi l'art est important.

Unique art for...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites.