Pour fêter la réouverture des galeries, la livraison est offerte en galerie et à domicile !  

Adrien Faveau

Nous prenons souvent pour habitude d’associer la beauté à la rareté, à l’éphémère. Adrien Faveau au contraire construit son univers esthétique et pictural à partir de ce qui nous entoure, notre environnement quotidien, les objets avec lesquels nous vivons, les paysages qui défilent tous les jours sous nos yeux, le mobilier urbain que nous touchons et sur lequel nous nous asseyons, les files de voitures immobilisées par un embouteillage, les immeubles qui s’enchaînent, les passants pressés, les feux de circulation, les panneaux de signalétique, les éclairages publics, tout ce que finalement nous apprivoisons et ne prenons plus le temps de voir.
Toutes ces formes sont pour l’artiste des objets d’observation fondamentaux. Ils symbolisent le mouvement, le déplacement de la lumière. Associés à un coucher de soleil, une averse ou un temps gris, ces éléments qui côte à côte constituent la composition picturale, se modifient dans leurs nuances, leur brillance, leur reflet. Ils s’assombrissent ou s’illuminent et renouent alors avec certains critères esthétiques classiques associés à la peinture.
Les grandes mégalopoles de San Francisco et New York deviennent les sources d’inspiration d’une peinture foisonnante qui utilise la matière même comme marqueur du temps. Grattant, raclant et appliquant parfois certains solvants à la peinture à l’huile pour lui donner l’apparence d’une usure naturelle, l’artiste matérialise ainsi à travers son geste la pluie qui tombe et délave, le soleil qui éblouit. Le support du bois lui permet d’obtenir une surface lisse propice à une multitude d’effets. Altérer l’œuvre afin de donner au paysage urbain un nouveau visage, celui du temps et de la nostalgie.

fren