Véronique Grivot

Véronique a dessiné dès son plus jeune âge. C’était son passe-temps favori. Très sensible à l’univers coloré des papillons et des insectes que son père collectionne, c’est tout naturellement qu’elle se tourne vers la peinture. Baccalauréat en poche, elle apprend dans une école d’art le graphisme, la peinture et la sculpture. Puis elle travaille dans différents ateliers de dessin créant des motifs pour robes, chemises et foulards qui seront vendus aux meilleurs imprimeurs textiles du monde entier. Ils suivent les nouvelles tendances lancées par les grands couturiers. Elle déménage puis c’est la famille qui s’agrandit.
Elle quitte alors son emploi pour se consacrer à sa seule passion : la peinture. Elle suit les cours des Beaux Arts d’Aix-en-Provence, principalement le modèle vivant. Les êtres humains la captivent par leurs attitudes, leurs expressions, leur personnalité. Fusain en main, elle les croque pour capter un instant fugitif de leur quotidien, tournant volontairement le dos à la figuration académique incapable dit-elle « de transcrire l’intensité du monde et du personnage ». Dans ses oeuvres, elle privilégie l’acrylique qui lui permet un rythme soutenu dans sa création et elle peint tout ce qu’elle voit et ressent : discussion au bord d’un café, scène de plage, de dancing. L’arrière-plan peut paraître banal au premier abord. Il se présente comme une note monochrome qui calme l’émotion des personnages. Au premier plan, la densité de la matière picturale donne du corps et de la générosité à ces scénettes de la vie courante toujours animées et traitées de manière enlevée. Les couleurs se répandent et créent une harmonie tonique, presque tactile, chantant la vie. « J’enveloppe d’humour mes histoires par un trait frisant la caricature » conclut Véronique. Au fond, elle est restée un grand enfant, toujours prêt à saisir au vol les premiers bonheurs de la journée.

fren