N’attendez- plus : Livraison garantie avant Noël pour toute commande passée avant le 17 décembre.
Jusqu’au 22 décembre, nous vous offrons jusqu’à 100 € en chèque cadeau. J'EN PROFITE !

"Je m'imagine bien en australopithèque"

18 juillet 2017

A travers son portrait-chinois découvrez l'artiste Alfredo Lopez, homme aussi atypique que ses œuvres, et qui a bien fait de se diriger dans l'Art plutôt que dans le chant.

Si j'étais un artiste ? Je m'imagine bien en australopithèque ayant un geste inutile, ignorant qu'il est le premier d'une longue série.

Si j'étais une œuvre d'art ? Celle qui n'existe pas encore. Tant que la feuille toute blanche n'a pas rencontré le crayon bien taillé, tout est possible. C'est après que ça se gâte !

Si j'étais un mouvement artistique ? J'ai beaucoup de chance  : je vis dans une époque où tout le monde peut peindre comme il veut. Fini le temps où si la mode est au cubisme, tout le monde doit faire du cubisme. Fini à tel point que certains centres culturels ne se sentent plus obligés, pour  paraître crédibles, de présenter uniquement des œuvres conceptuelles.

Plutôt Picasso ou Van Gogh ? Je n'aime pas choisir, mais tout de même, Picasso c'est un peu le Bill Gates de l'Art : il y a eu un avant et un après.

Si je n'étais pas peintre ? N'importe quoi, du moment que l'on peut partager ! J'aurais pu être chanteur, mais ma prof de chorale en primaire en a décidé autrement, elle ne m'avait pas retenu !

Si j'étais une couleur ? Une couleur toute seule est orpheline. Toute seule elle veut rien dire, ce qui est excitant, c'est les rapports entre elles  : un rouge et un noir ne racontent pas la même chose qu'un rouge et un vert.

Si j'étais une émotion ? La surprise !

Si j'étais une chanson ? My head is like a plastic-bag de X-Ray Spex

Si j'étais une qualité ? Le talent. On a le droit de rêver!

Si j'avais un super pouvoir ? J'enlèverais les complexes des filles !

Si j'étais un toc ? Je ne peux pas commencer un nouveau projet sans me laver les mains, peut-être pour me débarrasser des traces du précédent.

Ton plus beau souvenir d'artiste ? La première fois qu'une personne qui n'est pas de ma famille ou qui n'est pas mon ami, m'achète une toile.

Décris-nous ton atelier... Mon atelier n'a aucun charme même si c'est une tourelle du 17ème. Contrairement aux autres ateliers de collègues qui se sont constitués un monde à leur image, le mien est un lieu de production, organisé entre le stock, les matières premières, la zone de travail, les pièces prêtes à partir. De fait, mon véritable atelier est mon bloc à dessin qui m'accompagne partout.

Découvrir la GALERIE D'ALFREDO LOPEZ

fren