L'Art du recyclage

27 avril 2017

En France, 345 millions de tonnes de déchets sont générés chaque année. Dans une société où les ordures ne cessent de croître, provoquant pollution atmosphérique, du sol mais aussi de l'eau, le recyclage est devenu la pierre angulaire de la sauvegarde de l'environnement. L'Art n'a pas échappé à la tendance. Quand nos déchets deviennent leur matières premières.

Le Recycl'Art

Au tout début du XXème siècle, l'Art, dont le chemin tracé depuis son commencement s'est toujours montré sinueux, tend à s'éloigner de plus en plus et de plus en plus loin de ses sentiers battus. Loin des simples pinceaux, des chevalets et des ateliers conformes, loin de l'académisme tout simplement, l'apparition de nouvelles techniques, de nouveaux moyens et de nouveaux matériaux dits "non nobles" redistribuent les cartes. L'utilisation de ces nouveaux matériaux, autres que les matériaux traditionnels, est aujourd'hui reconnue comme un mouvement à part entière : l'Art recyclé, le Recycl'Art ou upcycling. Contrairement à leurs prédécesseurs, les artistes de cet Art ne cherchent pas à utiliser l'objet récupéré pour ce qu'il représente ou pour son essence et sa fonction première, mais comme simple matière. L'objectif est de démontrer que les déchets, les composants obsolètes de nos poubelles, peuvent entrer dans un processus de création en tant que matériau et devenir autre chose. La volonté n'est pas de mettre l'objet en valeur mais plutôt de s'en servir comme un composant unique.

De Picasso à l'Arte Povera

Pablo Picasso fut l'un des premiers à s'employer dans ses œuvres avec des matériaux "grossiers". Dans Le Rêve de 1908, il dessine sans hésiter sur un support carton auquel est collé une étiquette. En 1912, il récupère un vulgaire cordage et s'en sert pour encadrer sa toile cirée Nature morte à la chaise cannée. Le simple fait d'utiliser un objet dans son travail est à l'époque un concept totalement novateur et révolutionnaire. Bien plus tard, en 1942, il rendra hommage à la tauromachie avec sa célèbre sculpture Tête de taureau, dans laquelle il réemploie un guidon et une selle de vélo.

(Le Rêve, 1908)

(Tête de taureau, 1958)

Dans les années 1960, Arman, célèbre sculpteur niçois et franco-américain, se distingue par ses Accumulations. Il collecte, trie et réemploie des objets trouvés en les assemblant. Il travaille notamment avec des ordures, qu'il collectionne et place ensuite dans des boîtes de plexiglas. Membre du courant des Nouveaux Réalistes, ses œuvres dénoncent alors la surconsommation avec ses tableaux faits de détritus. Horloges, vieilles valises, pots à lait ou vieux marteaux, tout y passe. Soutenu et épaulé par Marcel Duchamp et ses ready-made, Arman fait partie des précurseurs de cet art recyclé.

Daniel Spoerri est aussi un membre éminent des Nouveaux Réalistes, et, comme Arman, il donne dans le recyclage poétique du réel. Un jour, il invite ses amis, ses proches et ses collègues pour un déjeuner. Une fois le repas terminé, il fixe l'instant en collant les restes tels quels. Les assiettes, les verres, les cendriers, la nourriture, deviennent alors les témoins éternels d'un présent déjà révolu. Il renverse ensuite la table et la présente au mur tel un tableau accroché. Cette œuvre, comme celles de l'Arte Povera, mouvement artistique italien né dans les années 1960 qui n'a de pauvre que la matière première utilisée, est une étude de notre société humaine à travers ses déchets. Ce sont des traces d'un temps passé, une sorte de trace archéologique, une réflexion sur la durabilité de nos sociétés et sur qu'il en restera.

"L'art est pour moi avant tout un outil pour reconstruire le monde"

Né à Mar Del Plata en Argentine, Dan Casado est un artiste qui réside et travaille aujourd'hui à El Hierro aux Canaries.  "Il y a sept ans, j'ai établi mon home-studio sur l'île volcanique d'El Hierro, l'une des sept îles Canaries, sélectionnés par l'UNESCO comme Réserve de la Biosphère. Ici, j'ai commencé à faire des œuvres d'art avec les ordures locales et des objets trouvés que je recycle en oeuvre d'art : collages sur papier, résidus de peintures, de teintures et autres médiums trouvés aux hasards de mes fouilles... Je vois le recyclage comme un compromis et un mode de vie, donnant une seconde vie aux vieux matériaux entassé dans des dépotoirs, transformant les objets rejetés en de nouveaux objets attrayants, d'humbles œuvres d'art qui sont ni plus ni moins empreints de mystère... L'art est pour moi avant tout un outil pour reconstruire le monde. L'art est ma clé !"

Découvrir la galerie de Dan Casado

give-art-gift-voucher

turn-your-phone-into-a-piece-of-art-app-mobile

fren