Une question ? Nos curateurs sont là pour vous conseiller ! Prendre mon rendez-vous gratuit
Rechercher
Favoris
Panier

Carré d'artistes - Le blog

Inspirations, découvertes et dernières actualités du monde de l'art et de nos galeries.

La minute art

La peinture de paysage japonaise - 04/10/2021

la peinture de paysage japonaise par Carré d'artistes
Au Japon, la peinture de paysage est un art précieux et ancien. D’abord profondément mystique dans sa représentation, elle s’est popularisée au travers de l’estampe. Elle est un art vivant qui, en traversant les siècles et l’Histoire, a exploré de nombreux styles d’expression picturale.
Elle a profondément influencé la peinture occidentale.
 

Quelles sont les origines de la peinture de paysage au Japon ?


Les relations qu’entretiennent les Japonais avec le paysage sont profondément ancrées dans leur culture. Il va de soi que l’Homme s’inscrit et évolue dans la Nature. Dans ce cadre, la spiritualité s’est élargie à la Nature donnant naissance, il y a des siècles, au Shinto, culte et mythologie animiste riche d’un folklore natif. Dans la tradition japonaise, l’homme et la nature sont indissociables au point que les grands évènements de la vie de chacun sont partagés avec l’autre. Jusqu’au XIVe siècle, la peinture s’intéresse principalement aux sujets religieux et/à la représentation mystique de la nature et des esprits qui la constituent et l’habitent.

De ce fait, Kachô-ga, la peinture paysage représentant la nature comme une vue chargée de spiritualité, mais ne se développe et ne se diffuse que tardivement. Elle est d’abord monochrome et exécutée à l’encre par des moines zen, avant d’être saisie par les autres artistes.
Les supports les plus habituels en seront le kakemono, peinture sur papier ou sur soie supportée par un rouleau vertical de bambou à suspendre ; l’emaki, rouleau horizontal portatif, le paravent et plus tard l’estampe, lorsqu’il s’agira de diffuser plus largement une une œuvre ou de rendre la peinture populaire.
 

Peinture paysage : Qu’est-ce que l’estampe japonaise ?

 
 
Il s’agit d’une reproduction d’un dessin unique au pinceau et sur papier au moyen d’une gravure, traditionnellement sur bois de cerisier.
Chaque estampe imprimée à partir d’une ou plusieurs plaques de bois gravées est un original. Le dessin original du maître ayant donné la représentation et permis la gravure est totalement détruit par sa transposition par un maître-graveur.
L’impression est réalisée par un maître-imprimeur. Les sujets sont le plus souvent la représentation de personnages, de scènes de la vie quotidienne et des peintures de paysage.

Les mots japonais désignant l’estampe japonaise sont aussi nombreux et variés que les thèmes du dessin ou leur type. Son nom yamato-e date du XIIe siècle lorsque la peinture en général et l’estampe en particulier se dégagent de l’influence chinoise et reflètent leur propre style. ukiyo-e, le terme le plus en usage en occident signifie littéralement estampe du monde flottant qui est celui des quartiers de bateaux de plaisir.
Le terme, s’élargit ensuite vers estampe du monde qui passe. Au Japon, yamato-e est celui des estampes de la vie quotidienne qui conservent le souvenir et la marque du temps.
Quelques-unes des plus célèbres estampes réalisées à partir de peintures de paysage sont nées des œuvres d’Hokusai et d’Hiroshige.
 
 

Pourquoi Hokusai est-il si célèbre ?

 
Katsushika Hokusai est l’auteur de séries très connues sur le Mont Fuji et de la célébrissime La grande vague de Kanagawa (1831), dite aussi La Vague. Elle est son travail le plus connu et la première des Trente-six vues du Mont Fuji qui lui apportent une renommée internationale. La peinture japonaise lui doit la reconnaissance et le développement de la peinture de paysage comme un genre pictural spécifique. Il fait de nombreuses estampes, lesquelles achèveront de populariser et faire reconnaitre la peinture de paysage japonaise.

Hokusai peint en poète face au sublime de l’œuvre parfaite qu’est la Nature, en homme spirituel et perfectible en recherche de réalisation de soi et en maître de la peinture de paysage. Il a étudié toutes les techniques picturales qui l’ont précédé et a la chance d’une ouverture inédite sur une autre conception picturale. Ami d’un artiste japonais au contact des Hollandais autorisés à Nagasaki, il a une certaine connaissance de l’art occidental et maitrise la perspective. Il est aussi l’un des premiers à se servir du bleu de Prusse, très changeant en lavis et récemment introduit (1829) au Japon.

La vie d’Hokusai est marquée par l’humilité et le travail, la recherche de perfection, la constance, la maitrise et précision du geste. Ce qui explique en partie la peinture de séries, si fréquente dans la peinture japonaise.
 
 
 
 
la vague d'hokusai peinture paysage

Peinture paysage Deux peintres de paysage japonais célèbres

 

 

Uragami Gyokudō (1745-1820)


Il fut le premier à comprendre et explorer la technique de peinture de paysage des lettrés chinois, et leur usage particulier de la touche du pinceau encré sur le papier. Ce qu’il apprit de l’usage du trait et de la superposition des couches de lavis lui permit de faire apparaître une véritable vibration dans sa représentation. Sa technique donna une profondeur inusitée à l’œuvre et une impression de texture unique.
Ses compositions de prédilections comprenaient de grands arbres, des petites maisons sous les feuillages et une rivière, avec des collines dans la partie supérieure. Neige tamisée par des nuages congelés, une encre sur papier sur rouleau suspendu est inscrite sur la liste des Trésors nationaux du Japon.

 
 

Hishorige (1797-1858)


Son nom complet était Utagawa Hishorige, et il fut appelé aussi très souventAndo Hishorige. Il était peintre et graveur et est connu comme un très grand maître de l’estampe. Il est célèbre pour des séries de paysages représentant le Mont Fuji et Edo (ancien Tokyo) juste avant l’époque de l’ouverture, l’ère Meiji (1868-1912). Ses peintures de paysage sont très souvent comparées à celles d’Hosukai qui travailla également la représentation du Mont. Hishorige a peint une série extraordinaire Les Cinquante-trois Stations du Toōkaidoō qui l’ont fait instantanément reconnaitre comme peintre de paysage. Il fut même qualifié de peintre du TokaÏdo, cette importante et ancienne route (environ 500 km), qui longe la mer puis pénètre les terres, de Kyoto (capitale impériale) à Edo (capitale du shogun de l’ère Edo). Il réalise environ trente séries toutes différentes. La délicatesse de sa peinture, sa capacité à enchanter des paysages déjà magnifiques, son incomparable maitrise de l’atmosphère et des saisons, des bleus et verts en font un maître influent, en Occident comme Asie.

Utagawa Hishorige oeuvre d'art 

Quelle influence sur l’histoire de la peinture de paysage ?


 
Hokusai et Hishorige, lorsqu’ils sont découverts en Occident, dans les expositions et collections privées, marquent profondément l’époque (les années 1860) qui est alors celle de l’impressionnisme. L’œuvre du premier influence et inspire notamment Gauguin et Van Gogh, Monet et Sisley, et Hishorige marque plus particulièrement Degas et Monet. Ce dernier rassemble une collection de 250 estampes. De nombreux autres artistes européens du paysage puiseront de nouvelles idées picturales dans la vague du Japonisme.

Le Manga d’Hokusai (carnet de représentation de scènes du quotidien) est acquis par le département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France dès 1843. Cet engouement, largement favorisé par l’ouverture du Japon de l’ère Meiji, a permis la circulation et l’échange des techniques picturales autant que des concepts, enrichissant les deux parties. Mais dès 1880 le Japon vit un regain d’intérêt pour sa peinture traditionnelle, alors que l’influence japonaise sera durable, participant probablement à l’évolution de la peinture de paysage vers l’expressionnisme.

Unique art for...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites.