L'aquarelle, des cavernes aux bandes dessinées

L'aquarelle

L'aquarelle, une technique ancestrale

L'aquarelle (du latin aquarius, relatif à l'eau) est une peinture à l'eau basée uniquement sur la transparence de ses couleurs. C'est l'une des plus anciennes techniques de peinture, datant certainement des peintures rupestres dans les cavernes préhistoriques d'Europe où des pigments de couleurs en suspension dans l'eau ont probablement été utilisés. Elle est connue au moins depuis l'époque Égyptienne pour orner les chambres funéraires notamment. Si les Chinois l'ont beaucoup employé au 3ème siècle, en peignant sur de la soie avec des encres et des colorants solubles dans l’eau, son histoire en tant qu'art commence réellement à la Renaissance.

La peinture privilégiée des voyageurs

Longtemps éloignée des courants artistiques dominants par la peinture à l'huile, l'aquarelle est mise à l'honneur par l'artiste allemand Albrecht Dürer (1471-1528) pour représenter la faune, des paysages et des éléments botaniques. Très appréciée par les voyageurs naturalistes et les explorateurs car c'est un médium peu encombrant et facile à transporter, l'aquarelle leur sert souvent à imager les nouveaux territoires. Véritable peintre voyageur, Eugène Delacroix s'en servira pour colorer et compléter ses dessins de ses célèbres Carnets de Voyages au milieu du 19ème siècle.

Oeuvres de Albrecht

(Oeuvres d'Albrecht Dürer) 

L'essor dans l'Angleterre du 19ème siècle

Encore délaissée au profit de la peinture à la caséine et la peinture à l'huile pendant la période classique, l'aquarelle dont le terme n'est pas encore bien défini (Diderot emploie indifféremment les termes de gouache et d'aquarelle vers 1760) va connaître un fort développement du côté de l'Angleterre. En 1766, William Reeves y lance la première fabrication commerciale d'aquarelles et en 1804 le mouvement acquiert une nouvelle dimension grâce à la Royal Watercolour Society dont Palmer, Bonington ou Turner en sont les principaux protagonistes. En France, Paul Cézanne réalise plus de 600 oeuvres avec ce médium, dont une intitulée "Nature Morte au melon vert" qui fut adjugée en 2009 à 25,5 millions de dollars.

Une technique encore utilisée de nos jours

Au 20ème siècle, l'aquarelle utilisée par Rodin (Les études de danseuses), Rouault (Les nus), Kandinsky, Schiele, Nolde ou encore Macke montre la liberté qu'elle permet d'atteindre. Différents renouvellements de cette technique se succèdent dans les années 1960 avec Dufy, Zao Wou-Ki ou Bazaine puis au cours de la décennie 1970 avec Pierre Risch et enfin plus récemment avec Jean-François Morelle, Powers, Wei, Blockey ou Paterson. Les dessinateurs de bandes dessinées colorient encore à l'aquarelle au même titre que les illustrateurs de livres, surtout ceux réservés aux enfants.

L'aquarelliste Violaine Abbatucci est l'artiste du mois chez Carré d'artistes®

Comme d'habitude, Violaine Abbatucci

Mise à l'honneur en ce premier mois de l'année 2016, cette autodidacte installée à Nice depuis 1987 interprète des sujets figuratifs à l'aquarelle avec des couleurs très riches choisies pour représenter des atmosphères réelles. Violaine Abbatucci affectionne tout particulièrement la technique de l'aquarelle, dont la non maîtrise totale du médium associé à l'eau, apporte son lot de surprises et de hasards. La large palette de nuances lui permet également de saisir sur l'instant, une situation, une atmosphère. Empreintes de l’histoire de l’artiste, de son vécu, de ses rencontres, de l’environnement qui l’entoure, ses œuvres, témoins d’une émotion furtive, retranscrivent une histoire de l’instant, dont chacun peut se faire l’interprète.

Découvrir les oeuvres de Violaine Abbatucci

«  C’est un duel : moi et l’eau torrentielle. Ma gestuelle, parfois rebelle Doit devenir intentionnelle, Et mon œil, un filtre tel. Que je vois l’essentiel. Et laisse faire l’accidentel »

Violaine Abbatucci

Retrouvez d'autres aquarellistes dans les galeries de Carré d'artistes®, comme Jacques Zerr, Masako Masukawa, Edith Thurnherr ou Ender Dikmen.

fren