Pascal Pihen

Enfant, Pascal est de nature solitaire. Il passe son temps à la fenêtre de sa chambre à observer la nature et dessine le jardin de ses parents aux feutres. Il s’amuse ensuite à comparer les différents détails de ses dessins en fonction des changements de saisons. Plus tard les tubes de peinture remplacent les feutres. Dès sa jeunesse, Pascal préfère le dessin à l’écriture pour exprimer ses émotions.
Adulte, il exerce différents emplois. Les années passent et il garde toujours sur lui de quoi gribouiller. Vers 30 ans, la création s’impose à lui comme une évidence. Il éprouve le besoin viscéral d’en faire son métier.
Selon les thèmes, Pascal utilise l’encre de Chine, l’aquarelle ou l’acrylique sur papier, toile et bois. Il travaille des pigments sur le papier humide pour composer le fond. Il emploie diverses matières (fibres de toiles) en pochoir pour la mise en scène de ses sujets. Le dessin à l’encre est très présent.
Sa palette chromatique est souvent restreinte afin de privilégier les contrastes. L’aquarelle et l’encre agissent comme des révélateurs. Pascal aime l’idée d’une photographie mentale passée par le filtre de ses émotions. Il accorde de l’importance au trait et pose la structure du sujet par le dessin en lavis (une seule couleur diluée pour obtenir plusieurs nuances). Le résultat est figuratif et épuré.
Depuis toujours Pascal est fasciné par les empreintes du temps qui passe. Le dessin et la peinture sont d’autres façons d’écrire les images, les sons et les histoires. Dans le fourmillement du monde, l’artiste cherche à recentrer l’individu sorti de son contexte.
Pour Pascal, les objets traduisent un peu de l’humanité. Ils sont des témoins du passage de l’Homme sur terre : ses habitudes, ses peurs et ses envies. L’artiste utilise ces sujets pour raconter les états d’âme et la mémoire des actes quotidiens. Il traque les ambiances, les instants de vie sortis de leur contexte.

fren