"Quand on ne peut pas changer le monde, il faut changer le décor". Alors, pour toute oeuvre commandée,  on vous offre le cadre & la livraison* En savoir plus

Libres !

Apparue au début des années 1980, remplie d'énergie et gonflée de couleurs, la Figuration Libre met en lumière un art extravagant et étonnant.

Une peinture qui ne renie pas ses instincts primitifs

Père de la figuration libre, Robert Combas déclare "Comment vous expliquer la Figuration Libre moi qui l'ai inventée ? Je citerai un auteur, Michel Zoom : "La scène : deux hommes se rencontrent, l'un des deux dit à l'autre - j'ai attrapé la maladie de l'œuf ! L'autre répond tout étonné : - tiens, qu'est-ce donc ? Le premier de lui rétorquer : - rien j'ai envie d'être malade !" Pour moi une toile peut être influencée par des publicistes naïfs Africains, par l'illustration de livre d'école primaire, mélangée à Pablo Picasso ou à Joan Miro ou alors, un dessin genre bande dessinée, plus de fausses écritures arabes, plus une peinture brute très Dubuffet. La Figuration Libre est une peinture qui ne renie pas ses instincts primitifs et une volonté de culture. Comme Jules Verne, sans sortir de chez moi, je suis à Tombouctou."

Un art sans distinction de sources

 La Figuration Libre est un mouvement majoritairement français qui est apparu au début de la décennie 1980. Si initialement cette peinture aurait du s'appeler "peinture fun", c'est l'artiste niçois Ben qui donna le nom de Figuration Libre, devant l'agacement de Robert Combas d'y apposer un nom anglais. Il en fixa même les principales caractéristiques "30% provocation anti-culture, 30% Figuration Libre, 30% art brut, 10% folie. Le tout donne quelque chose de nouveau".

Au sein de plusieurs pays, des groupes de jeunes peintres suivent la même voie figurative et colorée : les Nouveaux Fauves en Allemagne, Trans Avant-Garde en Italie ou encore Bad Painting aux Etats-Unis. Survenu en réaction à l'art minimaliste et conceptuel des années 1960 et 1970, le mouvement de la Figuration Libre regroupe notamment Robert Combas, Hervé Di Rosa, François Boisrond ou encore Rémi Blanchard. Comme le cubisme s'était ouvert à l'Art africain et océanien, comme le surréalisme aux dessins enfantins et à l'Art des fous ou comme le pop art à la publicité et à la bande dessinée, animés par aucune forme de nostalgie, les artistes de la Figuration Libre ont, au travers de leurs œuvres, pris les libertés de faire figurer toutes les formes d'art sans distinction. Ils n'ont jamais cherché à hiérarchiser la qualité de leurs sources et accordent autant d'importance à une bande dessinée qu'à un tableau de Maître.

Humour et provocation

Le principal leitmotiv des peintres de la figuration libre réside principalement dans la volonté de se démarquer totalement de l'Art conceptuel en plaçant l'humour comme levier de la création. Inspirés de toutes parts, leurs peintures sont débridées et explosives, les couleurs sont criardes et les traits parfois grossiers mais elles ne sont jamais dissociées d'un grand sens de la provocation.

Brassant tous azimuts avec appétit et vitalité dans la totalité des domaines artistiques existants sans aucune limite, la Figuration Libre a déployé, après des décennies marquées par une rigueur artistique importante, une fougue et une impétuosité riche et positive.

Brigitte Lovisa-Fouché, le plaisir contagieux

Originaire de Dax, Brigitte Lovisa-Fouché, diplômée de l'Ecole Nationale Supérieurs des Arts Appliqués et des Métiers d'Art (ENSAAMA) de Paris, s'est tout d'abord spécialisée dans l'art mural et notamment le vitrail. Elle a restauré, les vieux vitraux de la Cathédrale de Sens dans l'Yonne, avant de plonger avec appétence dans la peinture sur bois ou toile. Inspirée par la Figuration Libre et les artistes très urbains comme Andy Warhol, Keith Haring, Jean-Michel Basquiat ou Alechninsky, elle travaille mêlant acrylique, collages et recyclage de cannette ou boîtes de conserves dans une ambiance très "cartoon".

Voir la galerie de l'artiste

fren