Un voyage à travers l'art

13 juillet 2020

Le voyage est-il uniquement un simple déplacement dans l’espace ? Ne serait-ce pas plutôt une révolution des sens, un dépaysement qui peut naître d’une lecture, d’un film – d’une œuvre d’art ?

« À quoi sert de voyager si tu t'emmènes avec toi ? C'est d'âme qu'il faut changer, non de climat »

Chez Carré d’artistes, nous sommes persuadés que l’art a le pouvoir de nous faire voyager, de nous faire découvrir d’autres contrées. D’autres contrées du monde, et de nous-mêmes. Car comme l’a si bien dit le philosophe romain Sénèque : « À quoi sert de voyager si tu t'emmènes avec toi ? C'est d'âme qu'il faut changer, non de climat ». Ainsi, sans billet de train ni d’avion, l’art nous transporte là où nous n’aurions jamais imaginé aller : aux confins de notre âme, grâce aux émotions qu’il provoque en nous.

Arbre d'été

C’est d’ailleurs l’origine même du mot « émotion » : celui-ci vient du latin e movere, qui veut dire « ébranler » ou « mettre en mouvement ». Face à une œuvre d’art, c’est tout notre être qui est bouleversé dans ses limites. Dans la contemplation, il est possible d’oublier les soucis et les angoisses, la vie quotidienne et notre monde trop brut, mais aussi ce qui nous entoure, nos convictions, nos habitudes de vie et de perception. L’art permet d’aller au-delà du corps, il ouvre l’horizon de notre esprit !

Le voyage en lui-même est d’ailleurs un thème qui revient très souvent dans l’Histoire de l’Art. Pour les artistes français, le « voyage en Italie » a longtemps été un incontournable de l’apprentissage artistique classique ! Voulant compléter leurs études des beaux-arts, ils y découvraient de nouveaux paysages et de nouveaux climats, mais surtout courraient à Rome pour copier les vestiges et les œuvres antiques, et observaient à Florence et Venise les bâtiments et les travaux des artistes de la Renaissance… Certains, comme Nicolas Poussin (1594-1665), sont tombés amoureux de l’Italie et y ont passé une bonne partie de leur vie.

D’autres, comme Eugène Delacroix (1798-1863), sont allés explorer d’autres contrées : contrairement à son rival Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) qui a peint son célèbre Bain turc (1862) sans mettre les pieds en Turquie ou dans aucun pays du monde arabe, Delacroix a pris plaisir à multiplier les études à l’aquarelle lors de son séjour en Afrique du Nord. Emblématiques, ces esquisses trouvent leur aboutissement dans le tableau Les Femmes d’Alger dans leur appartement (1834) : à l’opposé d’Ingres, cette œuvre nous fait davantage voyager dans un lieu, que dans les fantasmes érotiques du peintre !

Mais le dépaysement, réel ou imaginaire, est toujours intense : le cadre de la peinture est comme une fenêtre qui s’ouvre sur un monde à part, proche du sublime. Certaines laissent voir un paysage lointain ; et d’autres, comme les peintures abstraites, permettent à l’esprit de vagabonder dans un univers de couleurs, de lignes et de formes hors normes. Là, les idées dansent, et le mouvement naît… C’est pourquoi l’art et le voyage sont intimement liés, et s’inspirent mutuellement.  

                 

          Spectre rose, REMI SCHWEIZER                             L'arrivée des pêcheurs, NIANKOYE LAMA   

Dans l’art comme dans la vie, il est donc beau de se perdre, de se laisser mener ailleurs. Où ? Dans les rêves et les imaginaires des artistes, dont l’esprit est si fécond qu’il crée constamment des territoires inexplorés… C’est pourquoi nous avons voulu consacrer une collection spéciale au thème du « voyage » : pour ce faire, nous avons demandé à nos artistes bien aimés de lui consacrer une ou plusieurs œuvres. Le résultat vaut le détour !

Cette collection placée sous le signe de l’évasion propose ainsi de voir en l’art une belle échappée. Pour enfin respirer, se sentir libre, prendre du temps pour s’enrichir de nouvelles sensations, de nouveaux univers, de nouveaux mondes.

JE VOYAGE A TRAVERS L'ART

fren