BLACK FRIDAY : les cadres sont offerts ! 

Antoni Tàpies, poète de la matière

Antoni Tàpies a changé le visage de l'Art. Pas en un seul coup de génie, pas sur une seule toile, mais avec une conception durable et inédite de la peinture.

Livres, poumons et Art

Comme souvent en Espagne, c'est à Barcelone qu'un monstre sacré de l'Art du XXème siècle a vu le jour. Terre fertile en artistes, la Catalogne accueille en décembre 1912 Antoni Tàpies i Puig. Né dans une famille cultivée de la petite bourgeoisie espagnole viscéralement attachée à la Catalogne, ses ancêtres du XIXème siècle publiaient et vendaient des ouvrages. Possédant sa propre bibliothèque dans la fondation qui porte son nom il est le digne héritier de cette famille de lettrés. Antoni Tàpies a lui même dévoré sans fin, pages, lignes et mots jusqu'à sa mort en 2012.

Antoni Tàpies

Comme Prosper Mérimée, Marcel Proust ou Raymond Queneau, une maladie pulmonaire s'invite au milieu de sa jeunesse et le contraint à deux ans d'isolement de repos et de convalescence, alors qu'il avait entamé des études de droit. Il mettra à profit cette période pour se plonger dans l'histoire de l'art, la philosophie et la musique romantique. Il s'abandonne de plus en plus à ses deux penchants : le dessin et la peinture, marqués par la violence de la guerre civile qui fait alors rage sur la terre Ibère. En 1942, son destin bascule définitivement lorsqu'il est victime d'une crise de tachycardie durant laquelle il se voit mort et où il est sujet à des hallucinations et autres délires fantasmagoriques. C'est décidé, l'Art sera sa voie.

L'Art et la matière

Inspiré par Joan Miro, son Maitre absolu, dans les années 1940, ses premiers tableaux sont teintés de surréalisme, de cubisme, de dadaïsme et d'abstraction. C'est cependant à partir des années 1950 qu'Antoni Tàpies commence à se faire un nom à l'international. Entre ses premières expositions, ses voyages et les rencontres avec Pablo Picasso, George Braque, Marc Chagall ou Alberto Giacometti, il commence ses premiers travaux innovants sur la matière. Avec une légère influence surréaliste de ses débuts, sa peinture se tourne lentement vers l'abstraction géométrique puis vers l'art informel. Hanté par la guerre civile puis la Seconde Guerre mondiale, Antoni Tàpies lacère, entaille, griffe et déchire ses œuvres comme pour montrer les traces laissées par et sur l'Homme pendant ces conflits. Il qualifie ses tableaux  de "champs de batailles où les blessures se multiplient à l'infini". Mais là où se situe le cœur de l'art de Tàpies c'est dans l'utilisation de la matière, du côté de l'art brut et de la pintura matérica.

Il fût l'un des premiers à offrir du relief à ses œuvres en y ajoutant nombre de matériaux jusqu'alors boudés par le monde de l'Art. Qualifiés de pauvres, ces matériaux comme la boue, le sable, la terre ou le goudron, se mêlent à d'autres objets comme des bottes, de la ficelle, des draps ou des planches pour former des tableaux-sculptures. Comme l’écrit Jacques Ancet, « le goût d’Antoni Tàpies pour les matières pauvres, élémentaires où viennent s’incarner et se confondre, dans une unité qui les englobe, celles de la naissance et de la vie (terre, boue, paille, bois…) et celles de la dégradation et de la mort (poussière, détritus, coulures, excréments…). Mais, ces matières ne sont pas statiques, déposées là, telles quelles, dans le hasard de leur rencontre. Elles sont mises en mouvement par un geste et transfigurées par un regard »

Père fondateur du matiérisme et précurseur de l'Arte Povera il est exposé dans les plus grands musées du monde et considéré comme l'un des phares de l'Art contemporain qui a eu beaucoup d'influence sur la production artistique actuelle.

Sophie Costa, héritière du matiérisme

Après une carrière dans la biochimie et l'industrie cosmétique, Sophie Costa plonge dans une démarche artistique autodidacte. Peintre matiériste et plasticienne, elle utilise des objets du quotidien qu'elle colle sur ses toiles pour y apporter de l'épaisseur. Sophie Costa travaille autour de deux axes bien distincts : les enduits ou les textures qu'elle griffe et lacère auxquels s'ajoutent les objets qu'elle colle ensuite sur ses toiles. La force dégagée par les couleurs, la puissance des matériaux bruts lui permettent une grande liberté d'expression et d'interprétation.

Voir la galerie de l'artiste

 Galerie de Marseille Galerie de Strasbourg

offrez-de-l-art

Faites de votre écran une oeuvre d'art